Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 20:43

Soit L'OMS qui recommande de limiter la Dose Journalière d'anhydride sulfureux (D.J.A de So2) à 0,7mg/kg de poids corporel,

soit la dose autorisée de So2 en France dans les vins blancs (avec des sucres résiduels <5 grs/L) culminant à 210 mg/L,

soit mon poids hivernal de 80 kgs.

 

Après combien de verre de 12 cl de vin blanc non nature ai-je atteint la D.J.A de So2 ?

 

 

Réponse :

après 2,22 verres

 

 

 

 

 

1

Repost 0
Published by levindescousins.over-blog.com - dans Autour du Vin
commenter cet article
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 18:57

Samedi soir, un poulet au coco et coriandre mijotait dans sa marmitte en fonte. Du coup en attendant, tout en grignotant des tartines de hoummos (purée de pois chiche, crème de sésame, ail léger et citron) on a ouvert une bouteille de "Maisons Bullées" de Michel Augé.

Une fois dépassé le cap du bouchage type "soda" et de l'étiquette type "et la fête est plus folle", on découvre un sauvignon légèrement pétillant,  friand, très équilibré, sur des notes subtiles de fruits rôtis (ananas), oscillant constamment mais élégament entre cidre et Moscato d'Asti. un délice !

On avait déjà rencontré Michel Augé et sa démarche concernant le bouchage est cohérente : pourquoi boucher les quilles avec un bouchon cher, qui détruit des arbres et qui risque de donner un gout à ses vins ?

Pour l'étiquette, je le crois assez facétieux et provocateur pour le faire exprès.

Un vin qui ne se livre qu'aux esprits ouverts en quelque sorte.

 

Comment allions nous pouvoir éviter l'accord Alsace-cuisine thaïlandaise ?

COJON

Et bien avec un Gewurztraminer d'Espagne, du Somontano. El Cojon de gato de Lamarcawines.

70% Gewurztraminer et le reste en Chardonnay.

En fait le Cojon de Gato est un cépage autochtone qui produit des grappes aux petites grumes serrées (d'ou son nom, "couille de chat") donnant des vins rouges. Chez Lamarcawines ils maitrisent le marketing, et ils ont trouvé que cela donnait un côté "canaille" de nommer aussi la cuvée en blanc du même patronyme.

Alors cette "couille de chat" ?

Et bien ma foi c'est frais, équilibré, aromatique mais pas trop et cela accompagnait parfaitement le poulet au coco, même si -bien sur- le vin ne joue pas dans la cour des Frick, Meyer ou autre Kredeinwess.

 

 

 

Photo lamarcawines.com

Repost 0
Published by levindescousins.over-blog.com - dans Loire
commenter cet article
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 13:21

Après l'excellent salon du Vin en Tête au 80 quai de Jemmapes de la semaine dernière, nous voici partis en meute au salon Vignerons en Seine sur la péniche Mélody amarrée en face de la TGB.

 

L'adage snob et parisien (pléonasme ?), "le Macon ? c'est pas bon !", nous conduit à commencer par présenter nos hommages aux  Mâcon et Viré Clessé de Thevenet.

Son Mâcon villages est ample et riche avec beaucoup de gras. l'ensemble est très équilibré, même si un poil d'acidité ne nuirait pas à la quille.

Acidité bien présente sur le Viré Clessé 07 qui en fait un grand vin de chardonnay, ciselé, persistant et bon marché (12€) compte tenue de la qualité.

Le Domaine du Bongrain 04 monte encore d'un cran dans la qualité avec des arômes fondus qui lui donne une sacrée élégance.

"Le mâcon c'est pas bon !", ça, c'est trop c.. !

 

Nous voilà avinés et prêt à attaquer les vins d'Henri Milan.

Le Grand Blanc, pour commencer porte bien son nom. Bien moins simple qu'il n'y parait. Puis la cuvée "sans soufre ajouté".

19Ce qui prouve que C'EST POSSIBLE tout en faisant très bon.

D'ailleurs on apprend qu'à compter du millesime 2010, toutes les cuvées seront sans soufre ajouté. Et enfin "le Vallon", tout en rondeur et fraicheur.

Les Baux bios, c'est du beau bio !

 

Déception chez Olivier Pithon ! La D 18 manque à l'appel, bloquée on ne sait ou à cause des prévisionnistes de France Météo. On rêvait tellement d'en gouter ! Pas grave on se venge sur le Laïs blanc 09, toujours aussi bon, un mélange réussi d'oxydatif léger, de bois totalement fondu (pourtant on est plutot revêche au bois d'habitude), de notes florales et, grenache oblige, un léger côté beurre frais.

 

LAISB2009Du coup on découvre le Laïs rouge 08 (on dit LE Laïs car on parle du vin, mais c'est en fait le nom de la vache du Domaine).

C'est concentré et complexe. L'élévage est si discret que l'on pourrait passer à côté, il est parfaitement au service du raisin. Belle sensibilité d'Olivier Pithon.

Toutes ces bonnes choses nous ont presque fait oublier l'absente du jour, objet de nos phantasmes, la D 18, mais PRESQUE seulement !

 

On essaie d'accéder aux vins de Frick, mais trop de monde, on remet à plus tard notre visite à l'est.

On file dans le sud-ouest pour prendre un plaisir fou à gouter le Zacmau des  Causses Marines. Finement appelée ainsi grâce à son cépage le....mauzac qui, travaillé par Virginie et Pierre Lescarret donne ce blanc très légèrement oxydatif mais avec une jolie profondeur portée par de la vivacité.

J'ai entendu Pierre dire qu'il mettait une nouvelle procédure de vente aux restaurateurs, il ne vend qu'à ceux qui viennent bosser au domaine. A bon entendeur....

Cela me rappelle le sujet du colloque animé par Christophe Beau, spécialiste international de la piñata, (Domaine Beauthorey) et François Morel (le Rouge et le Blanc) avec pour théme : "une économie juste pour des vins vivants". Espérons qu'une synthèse sera disponible sur le site du vin en tête, je vous invite à leur demander. (www.levinentete.fr).

 

On retente le coup pour les vins de Frick, on insiste un peu, mais trop inconfortable pour déguster, on remet à plus tard la visite et on se dirige vers un de nos préférés du moment : Jean-Christophe Comor du Domaine des Terres Promises.

Installé depuis 2003 sur la Sainte-Baume.

Voilà l'occasion de gouter autre chose que son friand "A Ma Guise", nom de cuvée justement inspiré du poeme de Baudelaire (goutez, lisez, et tout deviendra clair), et l'altier "Abracadabrantesque" qui nous ont déjà conquis.

Nous goutons "L'amourvedre", justement décrit par jean-Christophe comme "une femme méditerranéenne, grande, avec une taille fine et des épaules larges, mais surtout avec un port de tête haut et fier".

Et en plus c'est vrai !

Puis "La Chance", du nom de la parcelle ou les jeunes vignes de mourvedre, cinsault et grenache donnent un vin qui doit encore se faire attendre avant de lâcher ses coups.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by levindescousins.over-blog.com - dans Dégustations-Salons
commenter cet article