Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 09:07

vdv-logoLes Vendredis du Vin #39 s'ouvre sous la présidence de Jacques Berthomeau. Une thématique de séduction : le vin qui aimait les femmes.


 "Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie" Charles Denner dans "l'homme qui aimait les femmes" de François Truffaut.


 

--------------------------

 

 

Celui dont je suis la chose est d'une lignée noble : d'abord Duc de Bourgogne avant d'être Grand d'Espagne.

Il a conquis ses terres de Cardenas un peu par hasard, beaucoup par intuition : "quand je suis arrivé la première fois sur ces parcelles, j'ai su que cela allait être bon".

La rivière Oja, affluent de l'Ebre qui traverse le nord de l'Espagne donne son nom à ma région : La Rioja.

Prémonitoire de s'installer là quand on se nomme soit même Rivière ? Peut-être, mais je crois plutot à une histoire de rencontre, déjà une histoire d'amour. Pour rester près de sa Dulcinea, Don Olivier de la Rioja s'installe ici.

Petit passage chez Telmo Rodriguez pour mieux comprendre la Rioja.

Je suis né de vieilles vignes de Viura, le nom du Maccabeu par chez nous. Le passé bourguignon d'Olivier me confère une ténacité (certains appelle cela la capacité de garde), et il en faut parfois pour aimer les femmes.

Ce que j'aime par dessus tout c'est séduire, et j'ai été pensé en ce sens. Je suis frais, et sincère. Je ne me laisse pas saisir de suite, il faut un peu me suivre. J'attire l'attention immédiatement, mais si on prend son temps, je suis bien plus dense que ce premier contact.

J'aime les femmes car elles ne se sentent pas obligées de pérorer sur mes arômes, ma couleur ou que sais-je encore.

Elles me prennent comme je suis et quelquefois m'aiment pour ce que je suis.

J'aime les femmes parce qu'en matière de vin elles n'ont pas d'à priori.

 

photo-copie-3

Elles sont curieuses et  n'hésitent pas à me choisir sur les cartes de restaurants bien qu'étant un blanc d'Espagne fabriqué par un bourguignon. Là ou un homme aurait de la méfiance, les femmes pensent voyages et commencent à partir.

J'aime les femmes quand elles me boivent et deviennent joyeuses. J'aime les entendre rire et je m'enorgueilli de penser  que c'est peut-être grâce à moi.

Alors je me dois d'être à la hauteur. Je dois être au moins aussi élégant qu'elles pour que notre rencontre soit belle.

La rencontre est souvent brève, une paire d'heures, quelquefois prolongée par l'ouverture d'une seconde salve.

Mais jamais rien de furtif, rien en catimini. Tout est vécu à fond, sans concession, pleinement.

Quelquefois notre rencontre peut prendre des allures plus légères. Un simple sourire comme dans les passantes de Brassens et ce signe me réjouit.

J'aime les femmes pour leur délicatesse, car elles boivent mais ne se saoulent jamais.

J'aime les femmes car quand elles m'apprécient elles n'ont plus aucun sens de l'objectivité.

J'aime les femmes parce que Olivier Rivière m'a pensé comme cela. Il m'a donné le nom de Jequitiba, un arbre de la forêt brésilienne à la lente maturation et qui se couvre de fleurs blanches à chaque printemps.

 

En buvant ses vins, on sait qu'Olivier Rivière aime les femmes.

Il a fait de moi un grand blanc d'Espagne, pour votre plaisir.

 

photo-copie-4

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by levindescousins.over-blog.com - dans Reste du Monde
commenter cet article

commentaires