Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 08:14

Enfant je passai un mois de vacances chez mon arrière-grand-mère à Mers Les Bains. Une station balnéaire au charme désuet des premiers bains de mer du début du XIXème.

 

mers

 

Avec mon arrière grand-mère -Mèmère Véroux-, nous avions des habitudes pour les courses. Le mercredi nous achetions du poisson à une femme de pêcheur que la vie avait tellement cabossée qu'elle me faisait penser à une sorcière. Elle vendait -entre autres- des soles que Mèmere Véroux préparait pochée avec une petite réduction de crème et du persil. Nous achetions la crème de couleur jaune et le lait à la ferme de la rue André Dumont, la rue qui montait vers la falaise, et pour le persil, Mèmère Véroux disait qu'il fallait en manger tous les jours pour vivre jusqu'à cent ans. Elle n'a pas pu vérifier sa théorie à deux ans près. Le dimanche on allait jusqu'au Tréport, la ville voisine, et on achetait des bouchées à la reine au ris de veau chez le charcutier.

Nous en profitions pour prendre des mille feuilles à la pâtisserie dont c'était la spécialité et qui en portait le nom, pâtisserie "au mille feuilles".

Mais à 5 ans, le jour que je préférais, celui que j'attendais en me renseignant sur la façon dont s'organisait les jours de la semaine, c'était le jeudi. Car le jeudi, Berthe, la boulangère de la minuscule boulangerie de la rue Dumont préparait des flans tartelette. Il fallait les réserver au moins la veille, et c'est ce que nous faisions. C'était des flans fait avec les œufs et le lait de la ferme en face.

Je commençais par manger la peau qui avait cloqué à la cuisson. Elle avait un petit gout de brulé-caramélisé. Puis je mangeais la pâte tout autour. Et enfin je me délectais du flan à proprement parlé, il était moelleux, crémeux, fondant. Je finissais en récupérant les miettes de pâte en appuyant dessus avec mon index.

 

printemps-2013 3809

 

Cet après-midi j'étais en avance à un rendez-vous et je suis entré chez Dalloyau car j'y avais vu des flans tartelette. Sans être l'égal du souvenir que j'ai des flans de Berthe, ce sont des flans d'un bon niveau fait sans "poudre", avec les ingrédients had hoc. C'est si rare dans les boulangeries-patisserie de Paname de nos jours où les flans y sont si souvent tristes, mous, voire visqueux. Le flan Dalloyau était si bon qu'il a réveillé en moi le doux souvenir des flans de Berthe.

Guillaume du site du "Morgon dans les veines" que nous apprécions tout particulièrement ici, a une rubrique qui se nomme "petit luxe anti-crise" qui fait l'éloge de produits d'exception pour quelques euros. Mon luxe anti-crise du jour c'était de flan tartelette de chez Dalloyau, une floppée de chouettes souvenirs pour 3,70€

 

Partager cet article

Repost 0
Published by levindescousins.over-blog.com - dans Restaurants-boutiques
commenter cet article

commentaires