Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 08:54

Un prof d'histoire qui ne veut pas passer à côté de sa passion et le monde du vin récupère un surdoué avec de grosses convictions. Nicolas Renaud s'est installé à la fraiche trentaine à Rochefort du Gard. Il est passé avant au Domaine de la Vieille Julienne à Chateauneuf histoire de se faire la main. Proximité géographique et philosophique, il est pote avec Eric Pfifferling. Et comme dit Camdeborde, "il y a pire comme parrains pour débuter dans le vin".

Le domaine de 17 ha est en biodynamie car pour Nicolas "respecter la nature c'est se respecter soi-même". Il s'en occupe seul, sauf pour les vendanges. Il a dès ses débuts, une lecture claire de ses vignes et de ses sols, vision qu'il traduit dans une vinification simple et naturelle mais très réfléchie. Après 4 années passées a amener une partie de la vendange à la cave coopérative, en 2010 Nicolas vinifie la totalité de ses raisins.

On commence par gouter un blanc, les Grillons, puissant, avec une final d'épices tout en finesse pour un vin de ce prix (environ 7€ au domaine).

La beigne de la dégustation c'est la cuvée 1901 issue de vignes de bourboulenc plantées en ...1901 ! A part quelques rares exceptions (massif de La Clape) il n'est pas courant de boire des vins issus uniquement de bourboulenc. Comme l'Analepse de Comor, on a l'impression de boire un vin au gout d'avant. Beaucoup de fraicheur, légèrement acidulé, le vin est très long en bouche, épicé, gras juste ce qu'il faut, je dirais plutot une certaine ampleur. Finesse et minéralité, mais pas pour frimer, plutot pour taper dedans, en boire et en reboire. Mais aussi une quille qui peut faire face à beaucoup plat sur une table.

Le Gard est un pays de grenache noir, et Nicolas sait en tirer le meilleur parti. Les Terres Blanches, grenache et carignan passés par un petit élevage, sur un fruit bien mené à maturité est un vin avec du corps et de la densité. La texture parait légère et fluide, je pense que cela est du à la sensation de fraicheur et d'élégance qui domine. C'est d'ailleurs une constante sur tous les vins de Nicolas Renaud, beaucoup de finesse et de fraicheur au service d'un gros coefficient de picolabilité. Ce sont aussi des vins que vont adoptés les cuistots de tables dignes de ce nom pour leur cotés "ciselés sans frime".

Après Pfifferling, le Gard nous donne un nouveau surdoué, Nicolas Renaud du Clos des Grillons.

Partager cet article

Repost 0
Published by levindescousins.over-blog.com
commenter cet article

commentaires