Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 08:07

Beaucoup de monde à la dégustation en passe de devenir mensuelle organisée par Le Fumoir et, La Gazzetta qui jouait à domicile dans le 12ème près d'Aligre. On y goutait des vins de "printemps" tout en mangeant quelques snacks préparés par l'équipe de Petter Nilson : chips de panais, craquelin de boudin, poireaux grillés, pop corn de tourteaux, sablés aux algues wakamé, les gourmandises sucrées de Maria José, un peu de charcuterie d'Espagne en provenance de Trevelez en Andalousie (tiens, c'est à côté du Domaine Barranco Oscuro dont on pouvait gouter les syrahs qui poussent à plus de 1000 mètres) et des fromages de chez Alleosse.

 

Didier devenu fan de Chenin oxydatif et Julien plutot ... Conte de Floris ce samedi là

 

On commença donc à gouter le rosé Pink Fluid de la Grange aux Belles, grolleau et gamay, très plaisant, frais, plus profond et moins rock'n'roll que le nom pourrait laisser croire. Toujours précis.

Rico du Fumoir continuait à s'occuper de nous avec la cuvée "mise de printemps" de Josmeyer en Alsace. Du pinot blanc qui gazouille, simple et de bon gout.

 

Sur notre droite on sent que ça cause. On s'approche. Effectivement, à cette table on goute du chenin de Loire avec la très jolie cuvée de La Grange aux Belles, Fragile 2010. Un flacon porté par une acidité et une minéralité d'une grande pureté. Il y a chez les garçons de ce domaine une joyeuse épure dans toute leurs cuvées.

 

Juste derrière on goute des chenins de ...catalogne sud, dans la province de Tarragona en Espagne, la cuvée Els Bassots de Joan Ramon Escoda. Des chenins en macération (courte, environ une semaine). Le vin développe des arômes sur l'oxydatif. Les avis des dégustateurs sont partagés, un peu surpris en découvrant ce type de vin. La réaction qui revient souvent est : "je ne sais pas si j'aime...". In fine ce fut le vin qui eut le plus de succès.

 

Pour repartir sur les rouges, on passe par la case Pet'Nat'. Une superble limonade de Magali Terrier sur des carignans du Domaine des Deux Anes en Corbières. C'est joyeux, festif, totalement glouglou et précis.

Puisque l'on parle de précision, voilà que l'on goute la cuvée Première Vendange de Marionnet. Une cuvée en carbo sur des gamays préphyloxériques totalement vinifié sans soufre et ce, depuis longtemps. Le père de Jean-Sébastien tentait déjà ce genre d'expérience il y a une trentaine d'année. C'est hyper maitrisé, avec une texture soyeuse et de la profondeur. Pas forcément évident d'y déceler une carbo. Cette quille au fort coefficient de picolabilité fait son effet. Maurice Rozy, qui a fait le dessin sur les t-shirt pour cette dégustation est du même avis que nous sur la première vendange de Marionnet. Ce Monsieur qui fut Directeur Artistique du journal de Spirou de 1956 à 1971 s'y entend en nectar autant qu'en crobard et il illustre merveilleusement l'univers du vin avec un trait plein d'humour, de tendresse et d'espièglerie.

 

Le t-shirt de la Dégustation illustré par Maurice Rozy

 

Autre vin étonnant de la dégustation du jour, le R.A.S du Mas des Caprices à Leucate. Pierre et Mireille Mann sont toux deux enfants de vignerons alsaciens. Ne voulant pas forcément tombé dans les foudres, ils se sont occupé des chambres d'hotes du Domaine parental, Mireille pour la partie hotelerie et Pierre aux fourneaux. Avec l'arrivée des enfants, ils ont obliqués vers le nord pour tenir un bar à vin. Puis, une opportunité incroyable et ils ont dit oui pour ce domaine en Corbières à Leucate. Et bien leur en a pris ! Ils y produisent des vins un peu à l'alsacienne, j'entends par là qu'ils sont à l'écoute des disparités géologiques et qu'ils essaient de les mettre en avant à travers leurs cuvées parcellaires. Ajoutez y de la fraicheur, une extrême précision à la vigne comme à la cave et un brin d'expérimentation pour toujours tenter d'améliorer les vins, voilà à notre avis ce qui qualifie le travail de Pierre et Mireille.

Revenons à R.A.S pour Rouge A Siroter (ou comme Racé, Avenant et Suave). Grenache, carignan et mourvèdre en vinification "millefeuille" et macération de 8 jours.



Enorme coefficient de buvabilité. Du fruit et de la fraicheur. Un canon de copains, mais pas les "bois sans soif", plutot pour les "seigneurs de la boisson" (un singe en hiver).

Théo Milan venu en voisin en profite pour nous donner quelques explications techniques sur les différents types de vinification. Avouez qu'il y a pire comme conférencier ! Surtout que pour notre plaisir il a amené une bouteille de Bourgueil  Illumination de Herlin


Théo à la manoeuvre sur ce qu'est une carbo


Rico nous interpelle. Il a sorti des Hautes Cotes de Nuits d'Emmanuel Giboulot. Un pinot noir, qui grâce à sa fraicheur semble léger. Le vin, bien que facilement abordable est agréablement complexe. Une acidité bienveillante porte les arômes du pinot. C'est très élégant. Il y a des rencontres qu'on ne refusent pas.

 

Un peu fatigués, on arrive au bout du comptoir ou Marco à sorti l'artillerie lourde. Il nous propose de se faire la bouche avec un blanc, le Blanc Nature 2010 de Conte de Floris. Marsanne, carignan blanc, un chouilla de grenache blanc et de terret bourret. Incroyable de trouver une telle fraicheur dans cette région. Le vin est fluide, puissant, sur du  fruit et de la minéralité. Sur que à l'aveugle, cette quille peut provoquer beaucoup d'étonnement.

A peine le temps de souffler et Marco nous a déjà servi avec la cuvée vielles vignes de Fréderic Rivaton à Latour de France. On a déjà un a priori positif car on trouve que c'est bien de défendre les vins du Roussillon. Là, on est sur des vignes de carignan, grenache et syrah âgées de 60 à 100 ans. Le vin est superbe, alliant l'énergie et les épices du carignan et le fruit du grenache. Ce n'est jamais lourd en bouche, bien au contraire. Le vin est dense et profond avec beaucoup de fraicheur. Est ce du aux terroirs de schistes et de grès exposé plutot vers l'est ?  Surement !

Mais la touche Fréderic Rivaton est là ! Ce garçon de l'est de la France à fait sien ce terroir du sud. Grande quille !

 

Joao & Rico

Voila une belle dégustation, variée, beaucoup de découvertes, de choses étonnantes.

Vers 19h00, au moment de saluer l'équipe, Rico nous dit : "vous ne voulez pas boire un coup avant de partir ?". Et le voilà, alliant le geste à la parole, qui nous sort un magnum de Nedjma 09 de Gilles Azzoni pour prendre ....l'apéro et finir la charcuterie et les pop corn aux tourteaux. Le samedi après-midi, on ne s'ennuie pas à la Gazzetta !

On ouvrira d'autres quilles dans la soirée, mais cela fera l'objet (peut-etre) d'un autre billet...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by levindescousins.over-blog.com - dans Autour du Vin
commenter cet article

commentaires