Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 19:42

 

Nous avons bien bu cet été, allez je vous livre en vrac : R.A.S de Pierre et Mireille Mann du Mas des Caprices, les plus languedociens des alsaciens, un rouge glou-glou qui parait être une carbo mais qui est en vinif' tadritionnelle. Mais aussi leur Gris-Gris un blanc de grenache à se damner. Notre confrère du Vin de mes Amis ne s'y est pas trompé ! C'était dans l'air, il fallait que cela arrive, enfin la reconnaissance méritée de leur travail et leur implication depuis  dix ans. On a gouté aussi plein de bonnes choses au caveau, avec toujours le super accueil de Mireille et Pierre qui ont le "don de gente" comme on dit chez moi (le don de prendre soin de leurs hôtes en français, même pendant les vendanges !).

 

En Espagne nous avons découvert un vin vendu en G.D (Consum) sans étiquette, juste une petite "contre" avec le minimum légal, à tomber par terre ! 1,3 € la quille de Vino Turbio (vin trouble, c'est le nom que l'on peut lire sur l'étagère). Super nature, non filtré. Aucune précision sur la contre étiquette, mais nous sommes nombreux à penser que c'est de l'albariño de Galice. On en a tellement acheté que l'on s'est aperçu que les bouteilles n'étaient jamais les mêmes : des grandes, des moyennes, des avec du verre plus vert que d'autres. Au bout de 10 jours de consommation effrénés de vino turbio, il est passé à 1,5€, certes en pourcentage d'augmentation cela était conséquent, mais dans l'absolu ça allait. Impossible d'en savoir plus sur le produit !

On avait emmené quelques bouteilles de cabernet franc d'Olivier Cousin pour ne pas manquer : du fruit bien mur porté par une joli acidité. Toujours aussi bien.

 

 

Au retour, comme on était dans le coin, on s'est fait quelques Laïs Blanc d'Olivier Pithon, le petit frère exilé en Roussillon de Jo Pithon. C'est également toujours aussi bien. Mais la découverte c'est sa cuvée Mon P'tit Pithon, un blanc de grenache et maccabeu qui se suffit à lui même pour l'apéro, et ça tombait bien car des apéros, on en a fait pas mal !

 

On a loupé Vincent à Saint Chinian, alors on s'est consolé avec les Narys du Domaine Bordes. C'est franc, fruité, ça cause dans le verre et c'est tant mieux.

 

 

Et toujours avec Vincent, on a découvert la petite cuvée d'Adrien Berlioz en Savoie : ça déchausse les chicots comme on aime, des parfums d'agrumes portés par une acidité rafraichissante et bienfaisante.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by levindescousins.over-blog.com
commenter cet article

commentaires